IMG_7103.jpg

Une interview avec...
Camille Feist

Huitième Édition

Prix spécial pour Message(s)

Quel est votre parcours ?

J'ai fait un Deug de médiation culturelle et communication à Nancy 2 spécialisation cinéma et théâtre. Ensuite, je me suis complètement orientée vers le théâtre, la mise en scène et l'enseignement, au fil de mon parcours universitaire.

C'est au cours de ma dernière année d'études, en 2009, que j'ai écrit et réalisé mon court-métrage Message(s), dans lequel on entend aussi l'une de mes premières chansons, "Marie couche-toi là". Cette année-là, j'ai également écrit mon premier spectacle en chansons, "Foutaises de papillons", que j'ai mis en scène, avec trois comédiennes.

Ce spectacle a été déterminant pour la suite de mon parcours, car c'est à partir de là que je me suis lancée principalement dans la musique, l'écriture et l'interprétation de mes chansons. J'ai effectué le cursus "Auteur-Compositeur-Interprète" à la Manufacture Chansons en 2013. Aujourd'hui je vis par et pour la scène, la construction de spectacles, et par l'enseignement du piano et du chant. 

Quels souvenirs gardez-vous du festival ?

Mon court-métrage, Message(s), au départ c'est l'appel à projet du CROUS, sur le thème "Rouge" qui m'a donné l'impulsion. Je voulais écrire cette histoire-là : ce qu'un retard de cycle menstruel peut entraîner comme fantasme et paranoïa pour une jeune femme.

Fred Paccaud, un ami, était venu me rendre visite à Paris et il a plu tout le week-end. J'avais de la pâte à modeler, mon caméscope, et le déroulé de mon histoire. On a donc réalisé le film, avec la précieuse aide d'Elena Shmagrinskaya, ma coloc à l'époque.

Message(s) avait obtenu le deuxième prix du Crous et le prix du festival étudiant "Ici et demain". Son succès m'estomaquait, surtout que je me sentais peut-être illégitime à côté de créateurs sortants d'école de cinéma. Être le coup de coeur du jury du Festival National du Court-Métrage Étudiant a été la cerise sur le gâteau !

 

Je peux dire que ce prix, ainsi que les deux autres, ont contribué à m'affirmer en tant qu'artiste et créatrice.

Quels conseils donneriez-vous à un.e jeune réalisateur.trice ?

 

Prioriser le scénario plus que les effets visuels. S'entourer de personnes de confiance et de connivence artistique. Laisser une petite place à la magie de l'imprévu.